Asysum poursuit sa campagne Export vers le Maghreb

Date:

Il aura fallu 42 ans d’existence à Asysum – allez, disons 35 ans- pour qu’on s’aperçoive enfin de la nécessité capitale d’économiser tout en protégeant la planète. Ils s’appellent aujourd’hui les acteurs de l’économie circulaire ou les promoteurs du développement durable, comme si on les découvrait aujourd’hui et qu’on reconnaissait leur importance dans la filière automobile ! Maintenant lorsque Frederic Ferrari, Directeur commercial France, et Belgique d’Asysum, présente la société, il commence par parler de « Fournisseur vert, d’acteur d’économie circulaire » et peut s’autoriser quelques remarques sur les choix des grands manitous du monde de l’automobile qui décident brutalement de l’arrêt du moteur thermique et misent sur le tout électrique : « Je comprends qu’il faille diminuer l’empreinte carbone, réduire les émissions, etc. mais ne faudrait-il pas mieux commencer par exploiter ce que nous possédons, pour diminuer les dépenses énergétiques et les prélèvements de matière première. On oublie trop souvent toute une filière qui a beaucoup à exploiter comme les pièces remanufacturées, alors que l’électrique est très cher et consomme beaucoup en production. Il ne s’agit pas de mettre l’un contre l’autre, mais bien d’effectuer une transition écologique souple en utilisant nos ressources et en diminuant progressivement le recours au thermique. J’ai un langage parfois militant, mais quand je vois qu’en France on a 5 % de pièces remanufacturées utilisées, alors qu’aux USA, ils en sont à 15 %, je trouve que de ce côté, on ne va pas assez vite, même si aujourd’hui, on prend de plus en plus conscience de l’apport de ces pièces. »

Un catalogue complet  

L’un des atouts majeurs d’Asysum a été de monter un référentiel permettant de retrouver très rapidement la pièce voulue par le client professionnel autour d’un simple numéro de châssis. Ce qui a permis de développer l’accessibilité à la pièce et donc à accroître le chiffre d’affaires potentiel des clients. Au catalogue, on trouve bien sûr les moteurs refabriqués, les boîtes de vitesse pour voitures automatiques, les pompes à injection et les injecteurs et aussi les turbos et les différentiels. Cette dernière famille étant l’un de leurs musts avec les kits de boîtes autos, les kits de vidanges pour les boîtes automatiques. En plus, pas moins de 600 références de moteurs sont disponibles. « En outre, commente Frederic Ferrari, nous travaillons aussi bien en série qu’en sur-mesure. Nous sommes vraiment heureux du tour qu’ont pris les choses. Le reman n’est plus le vilain petit canard qu’il a été, mais une alternative dont il faut tenir compte, une solution à de nombreux problèmes écologiques, économiques et financiers et bien sûr de disponibilité. Les différentes crises que l’on a vécues ont bien montré qu’on pouvait être en rupture de telle ou telle pièce et que des chaînes entières de productions de voitures ou de pièces pouvaient être mises à l’arrêt par défaut d’un composant ! En misant sur le reman, on échappe en grande partie à ce problème et on peut livrer ! Et l’on arrive avec des gammes de produits testés et garantis ! »

Il faut ajouter qu’Asysum après avoir fait une belle entrée sur le marché français – il sont aussi présents sur leur marché historique, Espagne, Portugal, Italie – et dans une moindre mesure en Belgique, regarde de très près les pays d’Afrique du nord : « A la différence de l’Europe qui a toujours réagi à une pièce défectueuse ou cassée via le remplacement par une pièce neuve, au Maghreb, pour des raisons évidentes, la réparation a été privilégiée, ainsi que l’art de trouver une solution avec l’existant. Cependant, aujourd’hui, il faut aller plus vite et être plus efficace pour lutter contre l’invasion de pièces neuves d’origine douteuse et aux qualités encore plus douteuses venues d’Asie. Le référencement des pièces disponibles devient essentiel, les catalogues, des aides précieuses et la traçabilité, indispensable. Les opportunités sont grandes dans cette région d’autant plus que les mentalités sont tournées vers la récupération et la lutte contre le gaspillage. Nous comptons bien faire partie des acteurs qui accompagnent le process de professionnalisation du secteur et y contribuent par leur expérience. »

Hervé Daigueperce

Hervé Daigueperce
Hervé Daiguepercehttps://www.rechange-tunisie.com
Rédacteur en chef d'Algérie Rechange, de Rechange Maroc, de Tunisie Rechange et de Rechange Maghreb.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles similaires
Related

Mosaïque Auto : le logiciel tunisien d’après-vente automobile qui réinvente le sur-mesure

Mosaïque Auto, une solution sur mesure conçue spécialement pour...

Un signal fort : Les professionnels tunisiens de l’après-vente automobile favorables à un salon local

Nous avons pris l’habitude d’assister à divers salons internationaux...

Midas Tunisie passe au modèle de franchise : une nouvelle ère débute

Midas Tunisie continue d'impressionner avec ses innovations permanentes. Lors...